Droit Civil et Droit Criminel

1. Le droit civil : régler de façon arbitraire des litiges entre particuliers

Le droit civil s’occupe de régler les différents entre particuliers. Pour mieux traiter les affaires, cette branche du droit privé est très spécialisée et compartimentée : elle regroupe le droit de la famille , le droit des contrats entre particuliers ou commerces, règlement de litige des successions.

L’idée étant que des relations entre personnes créent des obligations réciproques, consciemment ou non. Comme par exemple, la vente d’une bague suppose que le client paie le prix pour cette bague, et que le bijoutier lui remette effectivement le produit.

Quand les différentes parties n’arrivent pas à une entente ou que l’une d’elles s’estime lésée, le juge peut alors intervenir pour arbitrer le conflit.

La personne qui a portée plainte est appelée le « plaignant », celle qui est visée par la plainte le « défendeur » : tous deux sont égales devant la justice.

Le juge annonce qui a raison et qui se trompe face à la loi en vigueur, mais ce dernier ne prononcera pas de peine. La personne en tort peut tout simplement être condamnée à réparer le dommage causé à l’autre partie (corporel, matériel ou moral), en versant des dommages-intérêts ou en exécutant l’obligation à laquelle elle s’était engagée.

2. Le droit criminel : punir les comportements nuisibles à la société

Le droit criminel a, quant à lui, pour but le maintien de l’ordre public et de la sécurité des personnes et de leurs biens. Pour bien fonctionner, une société doit s’assurer du respect de certaines règles.

Le droit criminel est un droit répressif, qui vient punir les actions répréhensibles, appelées en langage juridique « infractions« .

Il existe trois catégories d’infractions, selon leur degré de gravité : d’abord les contraventions(par exemple un excès de vitesse, des menaces de violences…), puis les délits (harcèlement, vol…) et enfin les crimes (homicide volontaire ou assassinat…).

Le procès met face à face l’accusé et la société, non la victime.

Le juge est chargé de vérifier que la personne a effectivement commis les faits qui lui sont reprochés, puis le cas échéant de fixer une peine en fonction des circonstances.

tiré du site http://www.caminteresse. fr/

3. Les deux?

Pour certaines affaires, des poursuites peuvent être menées à la fois au civil et au pénal. Par exemple, la victime d’un vol avec violences peut se constituer partie civile : cela lui permet de faire partie du procès pénal (d’être informée et auditionnée, d’obtenir la condamnation de son agresseur) et d’intenter une action au civil pour obtenir des dommages-intérêts (pour le bien volé, les blessures…).

Dans ce cas, le jugement pénal doit avoir lieu avant le jugement civil.

 

Avocat Sherbrooke | Acceuil